Changer de métier à 40 ans : pourquoi & comment.
Ecrit le 17/07/2020
|
Mise à jour le 19/03/2021

Changer de métier à 40 ans : pourquoi & comment.

Vouloir changer de métier à 40 ans … vous croyiez véritablement être le seul à ressentir cette envie ? 

Détrompez-vous : un sondage réalisé en 2016 par OpinionWay pour les éditions Tissot démontre que 77 % des salariés français estiment que le passage à la quarantaine change leur rapport au travail. 

Pour aller encore plus loin, à 40 ans :

  • 49 % des salariés pensent qu’ils ont raté leur vie professionnelle s’ils s’ennuient dans leur métier
  •  37 % s’ils sont stressés au quotidien dans le travail,
  • 28 % s’ils ne voient plus de possibilité d’évolution. 

Le brown-out, ou la perte de sens au travail, fait des ravages. 

Donc, si vous avez envie d’aller voir ailleurs, il n’y a rien de plus normal. Vous pourrez déjà le dire à tous ceux qui vous poseront la question.

 

Pourquoi vouloir changer de métier à 40 ans ?

Vous venez d’avoir quarante ans et avez encore devant vous au minimum une bonne vingtaine d’années à passer à votre travail. 

Techniquement, vous pourriez même considérer que vous êtes au milieu de votre parcours professionnel. C’est donc souvent un moment où de nombreux salariés se demandent s’ils veulent continuer à faire la même chose pendant vingt ans de plus.

Si en plus votre travail ou l’atmosphère dans laquelle vous évoluez ne vous satisfait plus, que vous êtes en manque de challenge… vous faites partie de ceux qui commencent à vouloir voir ailleurs si l’herbe est plus verte.

Est-ce un bon moment pour revoir son plan de carrière ?

Votre petite vie est bien établie, votre salaire est régulier… et vous hésitez à vous mettre en danger. L’inconfort comporte une certaine dose de confort, car vous évoluez en terrain connu.

Pourtant, la quarantaine est un bon moment pour entamer un changement profond.

D’une part, vous avez acquis de l’expérience, vous savez ce que vous aimez faire, ce que vous n’aimez pas faire, et vous avez acquis des compétences que vous pourrez peut-être réutiliser. 

Par ailleurs, vous êtes arrivé à un âge où vous vous connaissez. 

Mieux qu’à 18 ans, en tout cas. Vous savez quelles sont vos forces et vos faiblesses, et vous prendrez donc une décision mûrement réfléchie.  

Vous devriez vous diriger - en principe - vers un poste qui vous correspondra mieux.

D’autre part, vous avez à votre disposition des ressources que vous avez patiemment construites depuis que vous avez commencé à travailler. Celles-ci vous seront utiles pour vous intégrer dans un tout nouvel emploi ou pour créer votre activité.

Vous êtes probablement encore plein d’énergie - plus que dans vingt ans, en tout cas, et si vous avez des enfants, ceux-ci commencent à être un peu responsables, voire, pour les plus grands, sont même capables de se faire cuire des pâtes tout seuls  - et cela sera important, quand vous serez moins disponible parce que vous suivrez une formation  passionnante mais intensive.

 

Comment bien mener sa reconversion à 40 ans ?

Changer de métier à 40 ans ou après ça ne s’improvise pas. Vous pouvez décider du jour au lendemain d’abandonner votre emploi à la banque pour vous lancer dans une carrière de surfeur, simplement peut-être tout le monde ne pourra-t-il pas se le permettre !

La première étape, c’est de revenir en vous (cf. axes détaillés dans article de Juin sur reconversion professionnelle) et d’utiliser des méthodes comme l’Ikigai par exemple.

 

Vous renseigner sur le métier de vos rêves 

Car oui, on parle bien de rêve : vous l’avez sûrement idéalisé, au moins un peu. 

Allez à la rencontre de professionnels qui l’exercent, demandez à effectuer un stage à leur côté pendant vos vacances… Il n’y a rien de tel que de se frotter à la réalité pour voir si l’on s’y insère bien.

Vous pourrez alors penser à la formation proprement dite. Attention : dans certains cas, vous vous retrouverez au milieu de jeunes qui ont bien d’autres motivations que vous (notamment faire la fête) et vous vous demanderez parfois ce que vous faites là

Être prêt au changement de perspective. 

Et ne faites pas l’impasse sur les aides à la formation, qui vous aideront à financer, au moins en partie, votre changement de parcours.

Pensez aussi à assurer vos arrières : avez-vous suffisamment de ressources financières pour faire face à une ou deux années sans revenu ? 

Si vous êtes salarié.e, et que vous le pouvez, négociez une rupture conventionnelle et partez en bons termes avec votre employeur. Ces simples petites précautions vous éviteront un saut dans le vide… et un atterrissage douloureux.

Et, surtout, parlez-en à vos proches. À 40 ans, vous n’êtes peut-être plus tout seul à prendre des décisions. Il sera plus facile de venir au bout de votre reconversion si votre famille vous soutient !

Si, vous aussi, vous ressentez l’envie de changement, participez au séminaire qui vous permet d’entreprendre votre nouvelle vie !

Inscrivez-vous à la Newsletter !

Recevez dès maintenant des articles et des portraits qui
pourront vous inspirer pour enfin entreprendre la vie qui vous inspire !
En validant le formulaire, j'accepte que mes données soient utilisées dans le cadre de la relation commerciale
avec Genius Transition et l'envoi de sa newsletter.
Je peux me désabonner à  tout instant sur simple demande email à contact@genius.biz

Newsletter

Recevez dès maintenant des articles et des portraits qui
pourront vous inspirer pour enfin entreprendre la vie qui vous inspire !

Recevoir la brochure

Nous suivre

hello world!
crossmenu