Quelles sont les aspirations de la jeune génération?
Ecrit le 16/05/2022
|
Mise à jour le 16/05/2022

Quelles sont les aspirations de la jeune génération?

Cette question nous intéresse particulièrement chez Genius Transition: quelles sont les aspirations de la jeune génération? En effet, nos clients vivent au quotidien une situation riche et apprenante au contact de nouveaux collègues. Savoir côtoyer, accueillir et former une jeune génération dont l’actif principal est l’une des nécessités premières est d’avoir un métier et une vie qui fassent sens. C’est aussi notre mission de contribuer à accompagner de nombreux acteurs de la société, et la jeune génération fait également partie de notre raison d’être chez Genius. Ainsi dans cet article nous nous penchons sur ces interrogations majeures: 

Quelles sont les aspirations de la jeune génération? 

Comment œuvrer pour travailler ensemble dans un cadre bienveillant et dans une bonne ambiance? 

De quelle façon faire se rencontrer responsabilité et confiance? 

Et aussi nous traiterons de l’impact du Covid sur les jeunes actifs. 

 

Recherche d’un cadre

Dès les premiers stages en entreprise les futurs jeunes actifs sont confrontés à un cadre existant. Le défi pour eux va être à la fois de trouver leurs marques dans celui-ci, mais également de trouver leur cadre propre, celui qui va structurer la singularité de leur parcours. 

Les premiers emplois sont un espace de construction du projet

De ce fait, les premières années de vie active sont un véritable laboratoire. Un espace dans lequel les jeunes femmes et hommes nouvellement diplômé.e.s cherchent un alignement, et aussi un sentiment nécessaire de créer de la valeur. 

Ce constat représente un défi pour les acteur.trice.s du monde de l’entreprise. Fini le temps où les primo arrivant.e.s devaient être les seul.e.s à s’adapter. Aujourd’hui si les entreprises veulent s’inscrire dans la durée avec ses collaborateur.trice.s, cette construction de projet doit s’écrire à plusieurs mains. 

Trouver des collègues qui savent encadrer leur développement

Si l’ensemble des équipes a un rôle à jouer pour savoir quelles sont les aspirations de la jeune génération, il est surtout crucial que les encadrant.e.s se proposent sur la base du volontariat. Il est en effet délétère pour les deux parties que ce rôle d’accompagnement soit subi. 

Dans certaines situations c’est avec une posture de tuteur.trice que ce travail se réalise. Dans d’autres c’est plus un vis à vis, tel un.e coach dont la jeune génération. Pour non seulement identifier ses aspirations et mais aussi inventer en équipe les façons d’y répondre et de les mettre en vie. 

 

L’importance d’une ambiance de travail de qualité

Les éléments cités précédemment peuvent s’avérer être des garants d’une bonne atmosphère de travail. Mais il faut aller plus loin. Avec notamment une ouverture d’esprit grand angle et en donnant à la jeune génération le goût de la découverte de soi et des autres. 

Ouverture d’esprit 

Cet état d’esprit ouvert peut se matérialiser de plusieurs façons. En accueillant dans un premier temps le fait que les codes sociaux changent, que les objectifs des jeunes actif.ve.s sont plus vastes aujourd’hui. 

Si l’espace relationnel est de qualité, il y a de grandes chances pour que les nouveaux arrivants aient envie de poser des questions étonnantes. Comme la curiosité de connaître les valeurs de l’entreprise, de savoir si les services ou produits mis sur le marché contribuent à une cause plus large que le simple fait de créer de la richesse, du PIB. 

Bien sûr ces questions auront été abordées dans le processus de recrutement. Mais il est sain et compréhensible d’avoir envie d’entendre ces réponses de la part des collègues directs. 

Et les personnes récalcitrantes à prendre ces temps de mise à plat de la vision de la société pourront peut être comprendre qu’il s’agit aussi d’augmenter les chances de s’inscrire dans la durée avec les collaborateur.trice.s. On pourrait dire que chaque temps pris à découvrir l’autre est autant de chances mises du côté de l’entreprise de créer une adhésion profonde au projet. Si les réponses font sens, il y a des chances pour qu’elles agissent comme des “vaccins” contre la démission précoce 🙂

Découverte de soi et des autres

Le fait d’assainir le terrain permet à la nouvelle génération de vivre les premiers emplois avec une énergie élevée. Cet élan sert tant à l’entreprise qu’à la construction de leur projet. Ainsi, si le service, l’entreprise qui donne sa chance à une personne fraîchement diplômée, s’intéresse à cette édification, cela peut ouvrir la voie à de belles surprises, à l’éclosion de qualités qu’un CV ne pouvait pas faire entrevoir. 

Un élément nous frappe toujours. C’est le fait de voir qu’au sein des universités, grandes écoles et centres de formation, il y a souvent un esprit de corps. Avec une vie associative, de l'entraide et du soutien fréquent entre étudiant.e.s. Ces contextes de travail et de partage entre pairs sont souvent ce qui manque le plus quand la jeune génération s’insère dans le monde professionnel. 

Le silence, les enjeux de pouvoirs au sein des services d’une entreprise, publique comme privée, sont souvent un véritable choc pour les personnes qui viennent de vivre des années avec un élan collaboratif. 

 Le soutien, la clé pour s’inscrire dans la durée

Nous parlions de quelques moyens d’éviter des démissions précoces. Nous revenons donc sur cet aspect au regard du soutien nécessaire pour identifier quelles sont les aspirations de la jeune génération. 

 

La nécessité d’être écouté.e et soutenu.e

Bien que cela paraisse une évidence totale, si nous regardons de façon factuelle le monde du travail, trop rares sont les personnes qui sont véritablement écoutées et soutenues dans leur contexte professionnel. Si c’est un constat glaçant pour toutes et tous, il l’est encore plus quand on arrive pour première fois dans cet univers. 

Et c’est là d’ailleurs un comble. Car si un grand nombre d’attentes sont placées sur les jeunes concernant les codes sociaux (politesse, ponctualité, sérieux etc….) Il reste toujours étonnant que la politesse élémentaire de s’enquérir d’une personne nouvellement arrivée soit une chose si rare dans les faits. 

Maintenant, les années 2020 à 2022 ont rendu encore plus rude l’insertion professionnelle de la jeune génération. Ils ont vécu leurs stages ou premiers contrats en distanciel, avec comme collègue de travail le plus proche prénommé “zoom” ou “teams”. Pas sensationnel pour développer les soft skills n’est ce pas? 

 

Le besoin de trouver du sens dans les actions du quotidien

Cette nécessité de donner, donc trouver du sens est essentielle. Elle est d’ailleurs facilitée si l’écoute et le soutien sont présents sur le lieu de travail. Mais cela ne fait pas tout. C’est là où les valeurs de l’entreprise ont besoin de transparaître, de transpirer même dans les services. 

Trouver du sens n’est pas réservé aux entreprises qui œuvrent pour la préservation du climat. Il peut objectivement se trouver de façon simple et inattendue. Sachant que ce qui fait sens pour Mélanie ou Iman n’en fera pas automatiquement pour Enzo ou Mathias. 

Impliquer les jeunes recrues, en les invitant aux réunions qui donnent les lignes directrices des années à venir peut aussi aider chacun.e à contribuer à cette recherche de sens. 

Car se priver de leur avis, en partie vierge des biais cognitifs des autres génération, c’est comme de faire une étude de marché ou un sondage en oubliant un pan entier de la population interrogée. 

Car le sens donné au travail vient plus facilement quand l’intelligence collective est mise en action, cette même dynamique vécue au fil des études par les personnes qui débutent leur vie active. Le thème donner du sens au travail est également développé dans cet article. 

La quête de reconnaissance et de valorisation

Nous poursuivons ce voyage crucial pour la pérennité des entreprises avec deux autres nécessités, celle d’être reconnu.e et valorisé.e. 

Là, vous allez dire, mais pour moi aussi c’est un besoin. Alors déjà, reconnaissons que si c’est une nécessité partagée par beaucoup, autant s’en souvenir pendant les premiers mois, années de parcours d’une nouvelle recrue. 

La jeune génération a besoin d’être calculée

Mais cela va plus loin. En effet, la chose la plus insupportable reste de se sentir comme transparent. Le sentiment d’être aussi incontournable qu’une “plante verte”, est une des causes les plus fréquentes de démission et de burn out. C’est pour cela qu’inviter un.e collègue nouvellement arrivé.e à une réunion stratégique, lui demander son avis donne un ancrage. De plus, cela permet à ses “racines” de commencer à se poser dans le sol de l’entreprise.  

Valoriser leur acquisition de connaissances et de compétences

Une fois cette communication mise en place et en mouvement, il devient beaucoup plus facile et aisé de valoriser leur évolution. Ainsi donner écho à telle connaissance, telle compétence que la personne possède ou est en train de développer, est un acte fondateur pour répondre aux aspirations de la jeune génération. Un compliment est comme un sourire, quand il est donné, il inspire l’autre et lui donne un regain d’élan et d’énergie pour se dépasser. 

 

Comment travailler avec une génération au potentiel élevé?

Nous concluons cet article avec un dernier constat. L’immense potentiel de la jeune génération. Mais travailler avec des personnes aux multiples possibles, augmente le défi pour les entreprises. 

Mais comme pour tout challenge, cet aspect de la génération Z notamment peut propulser les entreprises d’aujourd’hui dans la construction de nouveaux codes du monde professionnel. Leur présence au sein d’entreprises de petite ou de grande taille est notamment l’occasion d'enclencher une vraie visibilité en ligne et sur les médias sociaux. 

La jeune génération perçoit le monde du travail comme une ouverture au monde

travailler pour travailler, juste payer ses charges… Ce n’est plus suffisant, et tant mieux. Un emploi redevient aujourd’hui un moyen d’acquérir de nouvelles habiletés. Si certains perçoivent ce phénomène comme une façon d’utiliser l’autre, c’est un point de vue entendable. Mais il s’agit là surtout d’une incroyable opportunité pour l’entreprise. Celle d’inventer les postes qui n’existent pas encore. Celle de travailler de façon inter-générationnelle (chose qu’attendent beaucoup de jeunes, à condition que leur voix soit entendue). 

Les aspirations en termes d’organisation ne sont plus les mêmes depuis le Covid

Si beaucoup de personnes ont trouvé le télétravail à 100% très frustrant. De nombreux jeunes actifs apprécient une version hybride, combinant du temps de présentiel et du temps de télétravail. Inscrire ces éléments dans la dynamique de gestion du temps sera assurément un moyen efficace de lutte contre l’attrition et la démobilisation. 

Nourrir le besoin d’accomplissement de soi

En effet, connaître quelles sont les aspirations de la jeune génération permet de contribuer à leur accomplissement de soi. Que cette réalisation de soi ait lieu dans la vie professionnelle ou personnelle d’ailleurs. Leur pourquoi pourrait être de voyager et découvrir le monde. Très bien, ils.elles n’en seront que plus performant.e.s et leur engagement aura une direction, un but. 

C’est là, et nous le répétons, l’une des raisons de multiplier les situations où l'on écoute la jeune génération. Pour créer ensemble un cadre professionnel qui soit structurant et laisse une part importante à la créativité. Pour inventer les métiers de demain, les écrire à plusieurs mains. 

Ce besoin de s’accomplir est aussi une des raisons qui poussent les jeunes actifs à changer plusieurs fois de direction et de type d’emplois au cours de leur carrière. Et objectivement c’est pour eux une occasion d’étoffer un CV de grande qualité pour la suite. Ainsi, au lieu d’y voir un signe d'instabilité, il serait bénéfique à toutes et tous de s’assurer au fil des mois et des années. Que les responsabilités et les défis qui leur sont confiés les fassent vibrer. Ce sera bénéfique à toutes les générations qui se côtoient en entreprise. 

Nous avons choisi ici de parler de la place de la jeune génération dans le monde de l’entreprise. Nous reprendrons bientôt ce thème sous l’angle de l’entrepreneuriat. Mais en attendant vous trouverez des pistes dans cet article intitulé Existe-t-il un âge idéal pour entreprendre. 

 

Inscrivez-vous à la Newsletter !

Recevez dès maintenant des articles et des portraits qui
pourront vous inspirer pour enfin entreprendre la vie qui vous inspire !
En validant le formulaire, j'accepte que mes données soient utilisées dans le cadre de la relation commerciale
avec Genius Transition et l'envoi de sa newsletter.
Je peux me désabonner à  tout instant sur simple demande email à contact@genius.biz

Newsletter

Recevez dès maintenant des articles et des portraits qui
pourront vous inspirer pour enfin entreprendre la vie qui vous inspire !

Recevoir la brochure

Nous suivre

hello world!
crossmenu